Abonnés

Les Contreforts ⭐️⭐️⭐️⭐️

Guillaume Sire 




  • Éditeur ‏ : ‎ Calmann-Lévy (18 août 2021)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 352 pages
  •  #Lescontreforts #NetGalleyFrance








On est loin du Cambodge dévasté par la guerre, comme dans Avant la longue flamme rouge, le roman précédent de l’auteur   C’est pourtant aussi une guerre que mène la famille de Testasecca, sur ses terres audoises, dans les ruines du château qui fut le témoin les exploits de ses ancêtres. 


Si Diane mène un combat inégal contre un ennemi impalpable mais toujours vainqueur, luttant avec les banques, les créanciers et les services administratifs de tout poil, son mari, Léon, utilise d’autres armes, ses poings et ses coups de boule légendaires, d’autant plus prompt à dégainer que l’alcool lui a chauffé les sangs.


Camille a choisi une autre forme de lutte : elle sait manier l’outil et s’acharne contre l’obsolescence : rien ne lui résiste, le matériel les murs, les ordinateurs, à chaque panne sa solution …


Et puis Pierre, que les villageois regardent avec un respect empreint de crainte, depuis que la sinagrie l’a sauvé des flammes…


La situation se dégrade lorsque la famille est menacée d’expulsion par un arrêté de péril…


Le principal écueil de l’ouvrage pour le lecteur béotien tient à la description savante des travaux multiples nécessaires  pour essayer d’éviter l’effondrement définitif du château. Deux solutions : se procurer « l’architecture et la restauration pour les nuls » ou se faire une raison et considérer simplement que ce qui est écrit veut juste dire que l’état de décrépitude s’aggrave et peu importe que ce soit les échauguettes ou les mâchicoulis.. J’ai opté pour cette deuxième approche !


Hormis cet obstacle qui démontre la documentation précise de l’auteur, le récit est réjouissant. Il y  règne une ambiance de cape et d’épée, et l’aventure est portée par des personnages entiers et truculents qui font les bons romans. Et il y a fort à parier que le regard bienveillant porté sur les chevreuils qui peuplent nos campagnes sera un peu différent ...


C’est aussi le talent de conteur de Guillaume sire qui fait mouche encore une fois.


Merci à Netgalley et aux éditions Calman-Lévy.




Montfaret d'un fort d'arrêt immense mais sec et  cabossé, bouclier du fond des âges, où les rois avait pris jadis l'habitude d'envoyer en garnison leurs généraux les plus fidèles et leurs sujets les plus récalcitrants. Chaque  demi-siècle  y a ajouté son épisode : une coursière béante, une chapelle, un arrière-corps de marbre et une nef ou un module défensif sous les corniches de pitchpin ; ainsi l'édifice a-t-il collectionné les gestes architecturaux réputés inconciliables, et il s'est épanoui à flanc de colline comme une fleur dégénérée.

*

Il ouvrit le dossier d'abord sans grand intérêt, mais très vite s'étonna de n'avoir jamais entendu parler de cette famille dont le destin épousait celui de la France depuis près d'un millier d'années. L'histoire du capitaine Clodomir retient son attention, au point qu'il recopia à la devise du légionnaire sur son carnet : « Qu'est-ce qui n'est pas impossible ? »





Guillaume Sire est un écrivain français né en 1985. 
Il commence avec la poésie, et des prix remportés au concours de l’Académie des jeux floraux pour les poèmes L’amour est une impression (2005) et Nymphéas (2006).
Repéré par l’écrivain Denis Tillinac, il publie son premier roman, Les confessions d’un funambule, aux Éditions de la Table Ronde en 2007. 
Il Obtient le Prix orange 2020 pour Avant la longue flamme rouge




















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

Voltiges ⭐️⭐️⭐️⭐️

Articles populaires