Nos abîmes ⭐️⭐️⭐️

Pilar Quintana




  • Éditeur ‏ : ‎ Calmann-Lévy (5 janvier 2022)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 320 pages
  • #Nosabîmes #NetGalleyFrance







Elle est à cet âge où la réalité, l’imagination et le rêve ont encore des frontières floues, aisément franchies. Et pourtant, son sens de l’observation est celui d’un être mature, que les expériences même limitées ont prématurément murie. 


Ce qui hante ses cauchemars est cependant construit sur une histoire authentique, celle des deuils qui ont marqués les deux dernières générations de sa famille. Des morts précoces, laissant derrière elles des époux hagards et des orphelins ballotés. Or la mort rode encore autour d’elle, déclinée en suicide ou en accident. Est-ce pour cette raison qu’elle anime d’une vie imaginaire la poupée qu’elle ne quitte pas, autour d’une jungle domestique qui envahit l’espace familial  ? Les craintes se focalisent sur ses propres parents et surtout sa mère, dépressive et malheureuse en ménage.


Cette enfant qui ressent en permanence un profond sentiment de solitude, et une fascination pour la mort dans le contexte d’une famille éprouvée par les disparitions, devrait sans aucun doute solliciter les réserves d’empathie de circonstance. Et pourtant, la magie n’opère pas . Est-ce lié à l’écriture qui laisse à distance les sentiments ? Est-ce une conséquence de la traduction ? Dès le départ le style semble maladroit et cela ne contribue bien entendu pas à engendrer la compassion. 


Découverte de cette autrice colombienne qui est l’auteur de huit livres dont deux, y compris le présent ont été  traduits en français.   



Mon père et ma tante avaient vécu avec mon grand-père jusqu'à l'âge adulte. il souffrait d'emphysème, parce qu'il fumait deux paquets de cigarettes par jour et était mort bien avant ma naissance. Et c'est ainsi qu'ils avaient hérité du supermarché. 

*

Dans l'appartement, tant de plantes coexistaient qu'on le surnommait "la jungle". Le bâtiment semblait extrait d'un vieux film de science-fiction; Des formes plates, des surplombs, beaucoup de gris, de grands espaces ouverts, de larges fenêtres. L'appartement était un duplex avec une baie vitrée dans le salon qui s'élevait du sol au plafond, soit la hauteur de deux étages. 






Pilar Quintana est une écrivaine colombienne, née en 1972. La Chienne a été traduit en français et publié en 2020.



 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

La limite n'a pas de connerie ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Articles populaires