Le grand monde de Proust ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Mathilde  Brézet




  • Éditeur ‏ : ‎ Grasset (12 janvier 2022)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 608 pages
  • #LegrandmondedeProust #NetGalleyFrance 







Le grand monde de Proust, c’est avant, pendant, après! 


L’auteur l’annonce dans la première ligne de l’avant-propos : 


« Procurer aux lecteurs de Proust le plaisir des retrouvailles avec de vieux amis - et, pourquoi pas, faire connaitre à ses non-lecteurs la qualité de leur compagnie »


J’y ajouterai la possibilité en cours de lecture d’un rappel ponctuel des origines d’un personnage, qui peut être utile tant le nombre d’amis, connaissances, amours et parents est important. 


C’est aussi une sorte de puzzle, avec une déstructuration de l’oeuvre déclinée à partir des personnages, qui modifie quelque peu la perception comme le feraient dans une pièce sombre des  éclairages différemment situés. 

Les lieux si important pour l’auteur de La Recherche ne sont pas oubliés.


Ce dictionnaire n’est pas exhaustif, et on le conçoit : il faudrait plusieurs tomes bien épais pour en faire le tour, mais les principaux sont là, (une centaine sur les deux mille cinq cents répertoriés). Les portraits sont loin d’être figés, analysés avec l’évolution à la fois de leur personnalité mais aussi du regard que Marcel porte sur eux et qui se modifie avec sa propre évolution.


L’ensemble fait la preuve d’une connaissance conséquente de l’oeuvre.


A lire par petites touches ou d’une traite, pour accompagner la lecture de l’oeuvre ou la retrouver à distance, tout est possible. 


Merci à Netgalley et aux éditions Grasset.







Une petite chose fragile ? Une sainte ? Doutons-en  avant même de la connaître ; c'est le propre des personnages de ce roman de se révéler le contraire de ce pourquoi ils se sont d'abord donnés… Et Françoise ne fait pas exception : rien de fragile, rien de sucré, rien de saint dans cette domestique, cuisinière, gouvernante dotée de toutes les excellences, mais aussi d'un sacré caractère. Construite dans le sillage d'illustres devancières, la Félicie de Flaubert et l'anonyme « au grand cœur dont vous étiez jalouse » qui passe dans Les Fleurs du mal, mais en totale opposition avec elle, Françoise n'est pas simple et son cœur renferme autant  de grandeur que de mesquinerie.


*


Le village se présente comme une mise en scène des grands lieux communs de la francité : à Combraiy, c'est tous les jours dimanche, messe, promenade, vêpres et poule au pot. Les rues sont de pierre médiévale et portent des noms de saints, la campagne est  piquée et de fleurs et de cours d'eau, et la maison du narrateur regorge de nourriture et de livres,  deux obsessions françaises.




Mathilde Brézet est diplômée de l'ESCP et agrégée de lettres classiques. Elle enseigne dans un lycée en région parisienne. Le grand monde de Proust est son premier essai.

                                                                        (Source : éditions Grasset)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

La limite n'a pas de connerie ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Articles populaires