Bibiche ⭐️⭐️⭐️⭐️

Roazy Pellerin 











Elle a trente-sept ans. Elle vient de Kinshasa. Elle n’a pas connu les terribles souffrances d’une traversée précaire sur un bateau de fortune, et c’est une circonstance aggravante, pour son dossier. Elle doit prouver qu’elle était réellement menacée, devant un jury enclin à soupçonner le mensonge si l’argumentaire n’est pas irréprochable. Alors c’est l’attente, chez une bonne âme qui l’a dans un premier temps recueillie, puis dans un foyer, auprès de compagnons d’infortune guettant eux-aussi le passage du facteur.


Outre la nécessité de se fondre dans le paysage, de s’acclimater à une vie qui n’a rien de commun avec ce qu’elle a connu ailleurs, il faut attendre.


L’étape entretien psychologique est inévitable, là aussi à la fois dans  un but de soutien mais aussi de consolidation du dossier. C’est à cette occasion que Bibiche évoque les cauchemars qui la hantent, peuplés des souvenirs douloureux de son emprisonnement au Congo. 


Si ce statut de demandeur d’asile est lourd d’angoisse, il permet aussi à Bibiche de faire de belles rencontres, d’exilés comme elle, ou de travailleurs sociaux qui sont attachés à leur mission. 


Alors oui, il est important de donner la parole à Bibiche et à tous ces expatriés qui n’ont pas eu d’autre choix que de fuir un pays qui les mettait en danger de mort. 


Roazy Pellerin se fait porte-parole de cette population qui espère une vie meilleure dans un pays réputé terre d’asile. Souhaitons qu’il le reste. 


368 pages Plon 18 Août 2022






À cette époque, le fait de dormir une nuit en prison lui paraissait chose courante. Elle était née sous une dictature, elle avait fui aussi la dictature. Seulement, il fallait avoir connu la prison pour en saisir l'impact sur une vie.


*


Les rendez-vous administratif étaient inévitables. Venir le jour suivant, c'était déjà trop tard. Vraiment trop tard. D'après ce qui se disait dans les files d'attente, la machine à expulsion s’embrayait aussitôt.


*


C'était nécessairement sa faute, elle n'avait pas parlé assez clairement, s'était exprimé de manière confuse. Elle ne pouvait ignorer que sur ses lignes était inscrit noir sur blanc ce qu'elle haïssait le plus en elle : sa faiblesse, son impuissance, son incapacité à transmettre sa propre histoire.







Raozy Pellerin, né en 1982 de parents d'origine malgache et comorienne, a grandi à l'île de la Réunion. Après plusieurs expériences à l'étranger elle vit désormais à Lyon où elle mène une carrière de juriste spécialisée dans les crimes internationaux. Bibiche est son premier roman.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

Bilan novembre 2022

Articles populaires