vendredi 30 mars 2018

L'homme craie

CJ Tudor





  • Broché: 384 pages
  • Editeur : Pygmalion (17 janvier 2018)
  • Collection : POLICIERS
  • Existe en version numérique
  • ISBN-10: 2756421731
  • ISBN-13: 978-2756421735







Hmmm! Le bonheur de parcourir avec frissons et délices les pages d’un bon thriller!
Le procédé est classique : les chapitres alternent à trente  ans d’intervalle, les réponses données à une époque créant d’autres questions à résoudre dans une autre temporalité. Adroit. D’autant que ici, les indices offerts à dose homéopathique entretiennent le suspens. 

Les personnages très suspects par leur différences affichées et le mystère qui les entourent sont-ils les coupables ainsi que le clame la vindicte populaire? Peut-on faire confiance à l’auteur pour nous donner la solution ou les preuves s’effaceront-elles dans le magma brumeux de la mémoire défaillante des plus anciens personnages (pratique l’Alzeimher , dans les polars!)

Le narrateur est parfait dans son rôle, oscillant entre regrets et remords, et portant le poids d’un passé pas clair, preuve que l’enfer est pavé de bonnes intentions. Ses amis selon l’action convenue lorsque les réseaux sociaux n’avaient pas introduit une nuance dans la définition, sont des gamins puis des types ordinaires avec leur part d’ombre et leurs secrets. De ceux que l’on ne remarque pas, pour peu qu’une erreur de parcours ne vienne les sortir de l’anonymat.

On est loin du feel-good, mais c’est normal, c’est du noir et CJ Tudor comme la majorité des auteurs de thrillers, prend un malin plaisir à maltraiter ses personnages. Et le pire c’est que c’est cela qui attire le lecteur.


Un mot pour la couverture, réussie, sobre avec son dessin de bonhomme de craie sur un fond noir. C’est suffisamment rare actuellement pour le souligner (à la craie?). Et bravo pour les dernières lignes, j’ai adoré ce qui s’y passe.

Merci à Babelio et aux éditions Pygmalion pour leur confiance et pour m'avoir fait passer d'agréables bien que terrifiantes heures de lectures

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire