Les fleurs sauvages

Holly Ringland










  • Broché: 432 pages
  • Editeur : Fayard/Mazarine (2 mai 2019)
  • Collection : Littérature étrangère
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français











Les fleurs ornent le chemin de ces quatre générations de femmes, dont le destin semble inexorablement se reproduire. 
Pour Alice, loin du Pays des merveilles, la vie est faite de coups, ceux qu’elle reçoit et ceux dont elle est le témoin, et que rien ne peut arrêter, tant il est impossible de prévoir leur irruption. Jusqu’au drame.
L’univers de la fillette bascule. Recueillie par Jude, sa grand-mère dont elle ignorait jusqu’à l’existence, Alice se construit au milieu des fleurs, apprenant jour après jour le langage qu’elles véhiculent, et découvrant son histoire familiale, ou plus exactement ce que Jude, en proie à des démons qui la dévorent peu à peu, veut bien lui révéler.

Roman d’apprentissage, Les Fleurs Sauvages défend la cause des femmes (les rares personnages masculins ont presque tous un rôle très négatif, immatures et violents - j’en exclue le vétérinaire bienveillant). et analyse finalement les mécanismes qui se mettent en place au sein de ces couples bourreau-victime. Et l’on perçoit aussi le caractère transgénérationnel de ses situations qui se reproduisent inexorablement, sans que les leçons du passé ne changent les destins.

C’est au coeur du bush australien que l’auteur nous convie en filigrane à un parcours botanique, chaque chapitre s’illustrant un délicat dessin d’une fleur et du message qu’elle porte, en relation avec ce qui va suivre.

On savoure aussi l’évocation des légendes aborigènes qui entourent le cratère du volcan qu’Alice a croisé dans son itinérance.

Une très belle découverte dont je remercie les éditions Mazarine via Netgalley.


#LesFleursSauvages #NetGalleyFrance




Les contes de fées lui avaient appris qu’en matière de familles les choses n’étaient pas toujours ce qu’elles semblaient être. Les rois et les reines perdaient leurs enfants comme on perd de vieilles chaussettes, ne les retrouvaient pas avant qu’ils soient devenus très vieux, si toutefois ils parvenaient à les revoir. Les mères pouvaient mourir, les pères disparaître, et sept frères se transformer en sept cygnes. Pour Alice, la famille était une des histoires les plus étranges.

*

Allongée sur le divan près de la fenêtre, Alice écouta le ronflement du pick-up de June disparaître dans le lointain. Elle essayait d’assembler les différents éléments d’information à sa disposition : les sculptures dans l’atelier de son père représentaient June. June était sa grand-mère, mais elle était aussi la mère de son père. Pourquoi Alice ne l’avait-elle jamais rencontrée auparavant ?

*

Lorsque le bush l’enveloppa, Alice ralentit son allure. Les rayons du soleil traversaient les cimes des arbres, dessinant des taches de lumière à ses pieds. Les criquets et les oiseaux-cloches chantaient à l’unisson, accompagnés parfois par le coââ-coââ d’une grenouille arboricole. Alice regarda au-dessus d’elle les troncs noueux des eucalyptus, écouta le chuchotement des branches et des feuilles dans le vent. Les papillons monarques virevoltaient au-dessus des buissons de coton sauvage. Elle observa les rochers couverts de lichens, les crosses chevelues des jeunes fougères arborescentes, et les tapis odorants de fleurs sauvages pourpres. L’air sentait la terre sèche, la vanille et l’eucalyptus.










Holly Ringland est une écrivaine.

Elle a grandi dans le jardin tropical de sa mère, sur la côte est de l’Australie. C’est lors d’un voyage en camping-car de deux ans avec toute sa famille que naît son intérêt pour les autres cultures et leurs légendes alors qu’elle n’a que neuf ans.
À l’âge de vingt ans, Holly travaille pendant quatre ans au sein d’une communauté aborigène perdue dans le désert australien. En 2009, elle déménage en Angleterre et décroche un master d’écriture créative à l’Université de Manchester. 
Ses essais et nouvelles ont été publiés dans une multitude de journaux et anthologies. 

"Les fleurs sauvages" ("The Lost Flowers of Alice Hart", 2018) est son premier roman.

Elle partage aujourd’hui son temps entre l’Angleterre et l’Australie. 
Source : Babelio

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

L'invité(e) de trop ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Articles populaires