lundi 26 août 2019

Le plus fou des deux

Sophie Bassignac









  • Broché: 304 pages
  • Editeur : JC Lattès (21 août 2019)
  • Collection : Littérature française
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français






Court et brillant roman, original pour ses personnages et son histoire.

Le monde des marionnettistes est, comme le stipule l’auteur, un monde méconnu, la contraignant à rétablir des vérités de base à chaque fois qu’elle l’évoque : 

  • non elle n’officie pas derrière un théâtre de guignol
  • non ce ne sont pas des spectacles pour enfant
  • non elle n’est pas ventriloque.

Ces malentendus maintes fois corrigés, elle doit une fois de plus les lever pour Alexandre, assis devant elle, et à qui elle propose un emploi de récitant pour son spectacle. L’homme recèle une part de mystère, les circonstances de leur rencontre sont plutôt inattendues (alors qu’ils assistaient seuls à la projection d’un film dans un cinéma, ce parfait inconnu menaça de se suicider lorsqu’ils durent se séparer). 

Il n’est pas utile d’être fin psychologue, pour soupçonner que cet homme est psychopathe, pas dangereux sans doute, mais sûrement pas fiable. Elle l’embauche cependant. Parce qu’il l’a émue? Parce qu’il a une voix d’or, parfaite pour le job? Parce que le père de la narratrice des années plus tôt avait mis sa menace à exécution en se pendant dans le garage?
  

Grain de sable dans le rouage, l’irruption de cet homme va faire voler en éclat l’équilibre instable sur lequel s’organise sa vie.

C’est vif, mis en valeur par une écriture dynamique, des dialogues authentiques. Malgré le sujet plutôt grave, l’humour (parfois un peu noir) allège le propos et rend la lecture jubilatoire.

Une très belle découverte pour cette rentrée littéraire 2019.

 #LePlusFouDesDeux #NetGalleyFrance





Clara, Paul et moi sommes habitués à travailler dans une atmosphère studieuse. Nous parlons peu et l'atelier est en général très silencieux. La voix vibrante d'Alexandre Lanier a tout changé. Après une semaine de répétitions et par soda seule présence, il a désorganisé notre routine et imposé sa présence.

*

Je suis convaincue qu'humour et tragique se fréquentent toujours avec une grande humanité, l'un apportant à l'autre la grandeur qui lui manque. Les artistes comprennent cela, les médecins moins.

*

Quelqu'un m'a dit un jour qu'on ne devrait jamais obliger ceux qui veulent mourir à rester. Ils nous font payer notre entêtement et inlassablement essaient de nous convaincre que tout se vaut et ne vaut pas grand chose. Alexandre Lanier venait de me prouver que mon texte ne valait pas grand chose.

*

Agnès, qui aime bien jouer les oiseaux de mauvais augures, prétend que je me raconte des histoires, que mes enfants ne vont pas aussi bien que je le prétends. Evidemment qu'ils ne vont pas bien, par moments. Seul le robot, le portrait peint ou le top model sur son papier glacé sourient toute la journée.














Sophie Bassignac est une romancière française née à Dieppe. Son premier roman, Les Aquariums lumineux, a été publié en 2008. Les droits de ce roman ont été acquis par la Pologne, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Corée, la Chine et la Russie. Son deuxième roman, À la recherche d'Alice, est paru en 2009. Il a été sélectionné pour le Prix littéraire de l'Héroïne 2009 de Madame Figaro.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire