Abonnés

La menteuse et la ville

Ayelet Gundar-Goshen









  • Broché
  • Editeur : Presses de la Cité (22 août 2019)
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français







Comme toutes les jeunes filles mal dans leur peau, un peu pataudes, invisibles, et souffrant de l’être, alors qu’elle voit autour d’elle les groupes se former autour de filles populaires, Nymphea se désespère, en vendant ses glaces dans une échoppe. Ce matin-là, Avishaï Milner aurait dû réfléchir avant de l’insulter en choisissant bien les  mots qui font mal. Leur vie à tous deux va basculer avec peu d’espoir de revenir en arrière.

Elle ne sera pas la seule à s’inventer une vie : lors du décès de son amie Rivka, rescapée des camps, Raymonde s’empare de son identité…

Le mensonge…avec ses variantes, intention de nuire, désir de protection, ou utilitaire, ou hostile, ou comme ici mensonge-désir , qui cherche à nier une réalité frustrante ou inacceptable.
Seulement  voilà, mentir est un art, et il faut beaucoup de prudence pour s’y lancer sans risquer d’en subir les conséquences. Nymphéa et Rivka l’apprendront à leur dépens.

La fable est moderne, portée par les travers de notre monde médiatique qui peut d’un feu de paille incendier une ville ou un pays. 
Ces héros fautifs, coupables d’avoir inventé leur vie, on ne leur en veut pas. En choisissant une victime peu sympathique, l’auteur accentue le sentiment de solidarité que l’on éprouve pour la jeune fille.


Le ton est léger, facétieux, et le roman se lit avec plaisir, la curiosité aiguisée par le souhait d’en connaitre le dénouement.


#LaMenteuseEtLaVille #NetGalleyFrance




Alors lentement, il oublia ce que c'était de  parler. Le jour où il s'en rendit compte, il s'affola et décida de se remettre à utiliser sa langue de toute urgence. Ce fut exactement comme vouloir remonter à vélo au bout de 20 ans. Certes on dit que le vélo ne s'oublie pas, mais tout ce qui en ont fait l'expérience savent que même si le corps n'a pas complètement oublié, ce que l'on retient surtout c'est la peur de la chute. Il finit par y arriver et devant le premier homme qui lui tendit une pièce, il ouvrit la bouche et dit merci. Cela tomba dans l'oreille d'un sourd, dans ce généreux passant étais pressé.Cela tomba dans l'oreille d'un sourd, tant ce généreux passant était pressé. 

*

Mais écoute bien, Rivka : les enfants savent que l'enfance dure l'éternité et nous, nous savons qu'elle ne dure qu'un instant. Et bien, nous avons tous raison, eux et nous. C'est le temps qui est un sacré menteur.

*

-Je m'appelle Dorith. Je sais à quel point c'est difficile, dans ta situation, te parler et de répondre aux questions. 
Elle se trompait, ça n'avait rien de difficile. Ce qui est difficile c'est quand on ne te demande rien du tout





Née en 1982, Ayelet Gundar-Goshen est scénariste et romancière.

Titulaire d'un M.A. en psychologie clinique à l'Université de Tel-Aviv, elle a fait ses études de cinéma à l'École de cinéma et de télévision Sam-Spiegel à Jerusalem.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

Marguerite et le Mont blanc ⭐️⭐️

Articles populaires