mercredi 28 août 2019

Sale Gosse

Mathieu Palain







  • Broché: 349 pages
  • Editeur : L'Iconoclaste (21 août 2019)
  • Collection : IC.VERGE
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français












Avec ce premier roman, Mathieu Palain nous propose, une immersion au coeur de la Protection Judiciaire de la Jeunesse. 

Autant dire que l’on est loin du pays des Bisounours. Wilfried, Nina, Samy et tant d’autres vivent avec des repères flous , les mêmes que ceux qui ont laissés leurs parents sur la touche, avec pour seules limites celles qui les confrontent à l’occasion aux instances juridiques, que l’on sent bien démunies. Face à ces ados, qu’une première expérience auprès du tribunal a immunisé contre la crainte du système, il faut des gens motivés, qui y croient malgré le manque de moyens, de personnel, malgré la logique absurde, malgré les échecs inévitables. Y croire, parce que lorsque l’on sort ne serait-ce qu’un de ces jeunes, du cercle vicieux de la dérive sociale, on a gagné quelque chose.

C’est à partir d’un stage en immersion auprès de la PJJ d’Auxerre que ce qui devait être un article, que l’auteur, journaliste, a écrit ce roman. Ça sent le vécu, à travers les dialogues si bien rendus qu’on a l’impression de les entendre. On perçoit également toutes  les émotions qu’ont pu susciter ces situations dramatiques, que les solutions proposées ont pu aggraver, tant il est difficile de rester indifférent à ces destins verrouillés dès le départ. 

On salue l’authenticité de ce partage, et l’humanité qui s’en dégage, loin des préjugés  qui condamnent sans comprendre.


Il y manque cependant  une dimension romanesque, dans ce récit qui tient plus d’un mémoire ou d’un rapport de stage que d’un roman.



...s'il vous plaît, n'oubliez jamais que les dés jetés à la naissance ne sont pas une fatalité. Il y aura des mains tendues. Soyez assez modestes pour les saisir.

*

Leur faire entendre qu'en rentrant dans le rang ils éviteraient la taule ou le cimetière, c'était comme crier dans le désert. 
A quatorze ans, la mort, ils n'y croyaient pas.

*

Quand je suis arrivée à la PJJ, je voulais changer le monde. Aujourd'hui, j'essaye de ne pas l'abîmer. Ton métier c'est semer sans jamais récolter.











Mathieu Palain est journaliste et auteur.

Titulaire d'un master en journalisme de l'Institut pratique du journalisme (2009-2011), il travaille pour la revue "XXI" et la revue "6 Mois" depuis 2013.

Il a remporté le Prix Françoise Giroud du portrait 2014 pour un article publié dans "Libération" en avril 2013 : "Mahiedine Mekhissi, au-delà des barrières". 

"Sale Gosse" (2019) est son premier roman.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire