lundi 16 septembre 2019

La montre d'Errol Flynn

François Cérésa








  • Broché: 256 pages
  • Editeur : Ecriture (21 août 2019)
  • Collection : Littérature française
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français








Biographie déguisée, d’un acteur mythique des années 50, à propos duquel l’auteur s’interroge : 

« Se souviendra-t-on seulement du nom d’Eroll Flynn dans les années 2000? ».

L’homme fut célèbre, courtisé comme l’étaient les plus grands, Gary Cooper, Marlene Dietrich, Nathalie Wood, et bien d’autres, évoqués au cours du récit et tombés dans l’oubli. La célébrité s’inscrit sur un palimpseste impitoyable.

La vie et l’oeuvre du turbulent séducteur, sont évoqués de façon originale , à travers les délires du narrateur. Celui-ci a hérité d’une montre, offerte à sa mère par l’acteur lui-même  à l’occasion d’une rencontre brève et fortuite sur la croisette. Entrainés au frontières du réel, entre rêve et réalité, le lecteur est plongé dans l’ambiance d’Hollywood, avec ses frasques et ses fastes, ses guerres d’influence et sa loi du marché. 

Fête, femmes et alcool pourraient résumer le parcours de l’homme, témoin d’une époque fastueuse et superficielle.


Il faut être fan du cinéma de ces années pour apprécier pleinement le roman, car hormis les têtes d’affiche , les personnalités et les films évoqués ne parviennent pas à réveiller des souvenirs enfouis. On reste donc un peu en marge devant ces listes de noms inconnus, malgré la qualité de l’écriture et l’art de mêler rêve et réalité.



J'aime les coïncidences. Elle s'amusent avec le destin qui est la cohérence des dieux, et la destinée qui est l'incohérence des hommes.

*

Se souviendra-t-on seulement du nom d'Errol Flynn dans es années 2000?

*

Quand Flynn  est venu dîner chez nous, je n'ai senti aucune gêne chez Marianne. Il lui a fait le baisemain. En voyant sa veste à chevron, son pantalon de velours, sa chemise anglaise et son foulard dans le cou, elle a dit que je m'habillait comme lui. Flynn m'a adressé un clin d'œil. Il m'avait offert une raquette Dunlop Dutty de type Maxply, accompagnée d'un petit mot : « A Pat, en souvenir de nos parties de tennis. » Marianne a froncé les sourcils. Elle a relu deux fois le texte. Myope, elle ne portait pas ses lentilles, mais des lunettes.
–Une femme qui porte des lunettes inspire le respect, a déclaré Flynn.





François Cérésa est né en 1953. Il est journaliste littéraire et écrivain et collabore au Nouvel Observateur  et au Figaro. Il est l'auteur d'une vingtaine de roman dont  la Vénus aux fleurs et  la Femme aux yeux aux cheveux rouges.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire