mardi 15 octobre 2019

Le coeur de l'Angleterre

Jonathan Coe










  • Broché : 560 pages
  • Editeur : Gallimard (22 août 2019)
  • Collection : Du monde entier
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais) : Josée Kamoun








Le cru 2019 de Jonathan Coe s’inscrit dans l’actualité encore brûlante puisque le brexit ne cesse de faire couler l’encre, jour après jour, pour savoir comment extirper cette balle dans le pied que les anglais se sont tirée presque malgré eux. 

Bien entendu, il s’agit d’un roman et l’on retrouve des personnages déjà croisés dans Bienvenue au club, il y a quelques années. Et c’est un vrai plaisir de les voir débattre, nouer des alliances, se séparer pour mieux se retrouver au fil d’un quotidien ordinaire. Ils sont assez nombreux, autour de Benjamin, l’ermite au bord de la rivière, sa famille, ses amis, ses relations sociales. Et tout se joue autour de l’écriture de son roman, oeuvre entamée des années plus tôt et alimentée sans tri sélectif au point de se retrouver avec un pavé illisible. Ce qu’en fera son éditeur est à mourir de rire.

Grand moment aussi que l’ouverture des Jeux Olympiques, Il n’y a que Jonathan Coe pour retranscrire cette ambiance particulière, où pour quelques minutes tous les anglais se sont retrouvés soudés devant le même spectacle.

Pas de prise de position pour les Leave ou les Remain, mais une savante analyse de la situation et de sa complexité. Les politiques ne sont pas épargnés : un peu d’ironie n’a jamais tué personne.

L’humour est en effet là, parfois amer, jamais méchant, mais imprégné de ce qui fait le charme de cette spécialité britannique. 


Grand plaisir donc de parcourir ces pages, et le roman ne dénote pas parmi les autres. Les fans apprécieront et les nouveaux venus auront un aperçu fidèle du talent de l’auteur.



Un couple peut décider de se séparer pour toutes sortes de raisons : l'adultère, la cruauté, , la violence domestique, le manque de vie sexuelle. Mais une divergence d'opinions sur l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'Europe ? 

*

Vous vous rappelez ? dit - il en regardant au Nord le mur qui entourait la piscine extérieure nichée derrière la chapelle de l’école , ils nous obligeaient à nager à poil quand on oubliait notre maillot .
Oh que oui , dit Phil .
Le plus étonnant , dit Steve , c’est que nos parents laissaient faire sans protester. Aujourd’hui on alerterait la police et les services sociaux . Du moins j’espère.
C’est vrai , appuya Phil , il y a tellement de choses qui paraissaient normales dans les années soixante - dix et qui relèveraient de la maltraitance aujourd’hui.

*

Avoir beaucoup en commun avec son partenaire, ça ne veut rien dire. Pieter et moi, nous avions les mêmes centres d'intérêt, les mêmes choix politiques, les mêmes opinions... on voit où ça m'a menée."
Elle avait déjà raconté par le menu l'histoire de son désastreux mariage, qui avait commencé comme une union des âmes et s'était achevé dans la violence domestique.
"Je me suis rendu compte que Pieter était une merde. Il mentait, il me trompait, il était violent. Vous trouvez que votre mari est une merde ?


















Jonathan Coe est un auteur anglais né à birmingham en 1961. Il doit sa notoriété à l'étranger à son quatrième roman "Testament à l'anglaise". Cette virulente satire de la société britannique des années du thatchérisme a connu un important succès auprès du public. 
Jonathan Coe a reçu le Prix Médicis étranger en 1998 pour "La Maison du sommeil".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire