mercredi 23 octobre 2019

un été à l'Islette

Géraldine Jeffroy








  • Broché : 126 pages
  • Editeur : Arléa (12 septembre 2019)
  • Existe en version numérique 
  • Collection : 1er Mille











Alors que son fiancé se bat dans les tranchées, Eugénie lui écrit une longue lettre où elle lui parle de son histoire et particulièrement  de cet épisode de l’été 1892, alors qu’elle se voit confier le rôle de préceptrice pour une petite fille de 6 ans, dans un château au coeur de la Touraine. Eté particulier, puisque dans ce domaine de l’Islette, des pensionnaires remarquables furent accueillis,  
Camille Claudel et Rodin y créeront de magnifiques sculptures, inspirés par leur folie et par la violence de leur relation. Camille entretient par ailleurs une correspondance régulière avec Debussy, qui lui aussi travaille à la création de l’un de ses chefs-d’oeuvre , le Prélude à l’après-midi d’un faune. 

C’est une sorte de mignardise, de ces petits canapés servis lors de buffets mondains, c’est bon mais cela ne rassasie pas. C’est très court , pour deux histoires , celle d’Eugénie et celle de Camille et l’on imaginerait bien l’épisode au coeur d’un récit plus complet, d’autant que l’écriture est très agréable. 

Le risque est d’oublier vite cette courte tranche de vie d’artistes illustres.





Ainsi j’assistai à quelques séances de poses pendant lesquelles je devais noter les réflexions du maître. Les études de tête plongèrent Rodin dans de longs silences de perplexité. Il tournait, concentré, autour de son modèle et de son bloc de terre, allant de l’un à l’autre, collant ses yeux de myope sur le nez d’Estager, passant d’un profil à l’autre, il tournait tel un toréador, les yeux injectés de sang, modelant de ses grosses mains la boule informe et brune sur sa selle: la naissance du poignet pour tasser, la paume pour aplatir, le pouce pour modeler

*

Je ne puis travailler qu'avec un modèle. La vie des formes humaines m'alimente et me réconforte.







Géraldine Jeffroy est enseignante en lettres modernes et français langue seconde en collège







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire