mercredi 8 avril 2020

Lulu tout simplement

Hervé Bellec






  • Broché : 320 pages
  • Editeur : Presses de la Cité (13 février 2020)
  • Langue : Français











Trompettiste las, la soixantaine, le narrateur décide comme tous les bobos d’effectuer ce pseudo- pèlerinage à la « recherche de soi-même » . mais peu après son départ de Brest, Baptiste croise sur son chemin une drôle de citoyenne, la dégaine d’une vagabonde, le verbe haut et des liquidités d’origine douteuse dans ses sacs. On apprendra plus tard de quelle activité originale proviennent ses subsides. Et cette fille un peu pommée, libre dans sa tête et totalement indifférente aux regards qui se posent sur elle, va terriblement modifier la trajectoire de Baptiste, au propre comme au figuré. Le bout de chemin qu’ils vont accomplir ensemble, qui n’est pas strictement celui préconisé pour attendre Saint Jacques de Compostelle, sera malgré tout une sorte de voyage initiatique, de quoi revoir ses préjugés et ses idées.

Le roman est construit de telle sorte, qu’outre le plaisir de côtoyer Ludivine dans ses excentricités, parée de ses bijoux de pacotille et ne manquant pas une occasion de réciter des prières à des icônes de la foi catholique, on reste perplexe et impatient de savoir ce qui a bien pu se passer pour que l’on fasse connaissance de Baptiste, dans le premier chapitre alors qu’il se rend sur la tombe de la jeune femme.


C’est un roman émouvant, tant pour la richesse des personnages que pour la force des liens qui se créent entre les deux protagonistes, qui étaient faits pour ne pas de rencontrer.

Beaucoup de charme émane de ces pages et c’est une excellent moment d lecture 


Merci à Babelio et aux éditions Presses de la cité pour leur confiance .


Bien sûr, avec le temps, il est difficile d'appréhender la situation de manière objective, les souvenirs s'estompant à mesure que passent les années, et on peut craindre que mon interprétation des faits soit tronquée par ma mémoire , ou pire par mon imagination.


*

Elle envoya valser ses godillots au diable, se débarrassa prestement de ses frusques comme si elles étaient infestées de parasites, enleva en un éclair des couches et des couches de fringues, un sous-pull, un tee-shirt, un soutien-gorge, ses chaussettes bariolées, sa jupe, retira un par un ses bracelets et ses bagues, ainsi que l'épaisse croix de fer qui pendouillait sur son buste, avant de les ranger avec soin dans une trousse en plastique, fit glisser sa culotte avec autant de grâce que si elle dépiautait un lapin tandis que je restais là, cloué sur mon banc, bouche cousue, incapable de faire le moindre geste, de prononcer un seul mot même si elle me conseillait d'en faire autant  parce que, sans vouloir me blesser, je ne sentais pas la rose non plus.






Hervé Bellec est né en 1955. Après avoir été musicien, patron de bar, il est aujourd'hui professeur d'histoire-géographie dans un lycée de Brest. La nuit blanche lui a valu le prix Edouard et Tristan Corbière. Il a publié des romans, un livre de souvenirs, et de nombreuses nouvelles qui ont le plus souvent pour théâtre les quartiers de Brest, ou encore la Bretagne intérieure. Garce d'étoile est son premier livre, dans lequel il raconte son périple de Brest à Compostelle.  
Hervé Bellec est né en 1955. Après avoir été musicien, patron de bar, il est aujourd'hui professeur d'histoire-géographie dans un lycée de Brest. La nuit blanche lui a valu le prix Edouard et Tristan Corbière. Il a publié des romans, un livre de souvenirs, et de nombreuses nouvelles qui ont le plus souvent pour théâtre les quartiers de Brest, ou encore la Bretagne intérieure. Garce d'étoile est son premier livre, dans lequel il raconte son périple de Brest à Compostelle.  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire