jeudi 2 juillet 2020

Mémoires d'Hadrien ⭐️⭐️⭐️⭐️

Marguerite Yourcenar


  • Poche : 364 pages
  • Editeur : Gallimard
  • Parution : 1 janvier 1977

Ce monument de la littérature  française, peut intimider voire effrayer le futur lecteur, par crainte de ne pas maîtriser les notions historiques, ou de se retrouver confronté à un style complexe et abscons. Et pour avoir oser franchir le pas, dès les premières pages , je suis revenue sur ces préjugés. Le test des 80 premières pages n’a pas été nécessaire, je me suis laissée séduire autant par la forme que par le fond.


Ce testament de vie d’un homme qui pressent l’arrivée de sa mort, et lègue à son neveu et futur successeur Marc Aurèle, alors âgé de 17 ans,  un bilan assorti de suggestions et mise en garde pour assumer au mieux le pouvoir de régner sur un empire, est à la fois édifiant et émouvant.


Hadrien revient sur son histoire personnelle, sa jeunesse et les erreurs qui l’ont marquée , et son arrivée au pouvoir, après le décès de Trajan . Et sans en avoir l’air, dessine ainsi un état des lieux de la société romaine de la fin du deuxième siècle.


Cet empereur semble bien avoir été un gouvernant vertueux. Opposé à la guerre, si ce n’est pour défendre son territoire, mais en aucun cas par goût de l’affrontement et de la conquête, il se range plutôt du côté des pacifistes. Il vise une société plus équitable, se penchant sur le statut des esclaves dont il améliore le sort, ainsi que sur celui des femmes.



Il entreprend également une grande réforme de l’agriculture, une réorganisation de l’administration et du droit romain.


Cet amoureux des arts et des lettres est aussi à l’origine de grands travaux, s’inspirant des traditions grecques et égyptiennes.


Hadrien confie aussi les aléas de sa vie amoureuse. amateur des jolies femmes, même s’il n’était pas  très attiré par la sienne, c’est surtout sa passion pour Antinoüs qu’il nous conte. Il ne se remettra jamais de la mort tragique du bel éphèbe, dont il fera dresser un nombre considérable de statues, et même élèvera une ville à son nom.


Il y aurait encore tant de choses à dire sur ces confidences pré mortem, empreintes de sagesse. Le récit va bien au delà d’une page d’histoire, c’est une méditation sur la vie, l’amour et la mort, qui a quelque chose d’universel et d’éternel.


Lecture commune club du Figaro juin 2030




La grammaire, avec son mélange de règle logique et d'usage arbitraire, propose au jeune esprit un avant-goût de ce que lui offriront plus tard les sciences de la conduite humaine, le droit ou la morale, tous les systèmes où l'homme a codifié son expérience instinctive .

*

Notre grande erreur, est d'essayer d'obtenir de chacun en particulier les vertus qu'il n'a pas et de négliger de négliger  celles qu'il possède.

*

Je passai tout une soir à discuter avec lui de l'injonction à aimer autrui comme soi-même ; elle est trop contraire à la nature humaine pour être sincèrement obéie par le vulgaire, qui n'aimera jamais que soi, et ne convient nullement au sage, qui ne s'aime pas particulièrement soi-même

*

Je ne puis juger Simon que par oui-dire ; je ne l'ai vu qu'une fois face à face, le jour où un centurion m'apporta sa tête coupée.


Résultat de recherche d'images pour "marguerite yourcenar"

 Marguerite Yourcenar, de son vrai nom Marguerite de Crayencour est née en 1903 à Bruxelles et décédée en 1997 dans l'état du  Maine aux Etats-Unis. Romancière, nouvelliste et autobiographe, elle est aussi poétesse, traductrice, essayiste et critique littéraire. C'est la première femme élue membre de l'Académie française en 1980.
 








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire