dimanche 25 octobre 2020

Nickel boys ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

 Colson Whitehead




  • Broché : 272 pages
  • Existe en version numérique
  • Éditeur : Albin Michel (19 août 2020)
  • Langue :  Français
  • Traduction (Anglais) : Charles Recoursé





Nickel boys, la version sauvage et inhumaine des actuels ITEP, qui furent des maisons de redressements avant de devenir des établissements réellement pédagogiques et éducatifs. Mais dans la première moitié  du vingtième-siècle, on n’avait cure d’accueillir avec bienveillance ces gamins, parfois déjà bien engagés sur le chemin de la délinquance, parfois simplement au mauvais endroit, au mauvais moment, comme c’est le cas pour le personnage central de cette histoire. 


Certes, ses premières années l’avaient d’emblée exposé à des risques : des parents qui avaient pris la tangente,, une couleur de peau  difficile à porter, mais l’affection de sa grand-mère et ses capacités pour les études, semblaient l’orienter vers un avenir sinon radieux,  du  moins  décent. Jusqu’à un jour néfaste, où son destin a basculé.


On suit avec horreur et compassion le quotidien de ces gosses, entourés d’adultes irresponsables et malfaisants. Les conditions de séjour sont pires que dans certaines prisons et les châtiments corporels sont monnaie courante. Comme dans les prisons, les nouveaux ont intérêt à comprendre rapidement les règles du jeu.


Basée sur des faits réels, cette histoire est tragique et déchirante, mais au-delà de l’aspect historique, l’écriture de Colson Whitehead contribue à embarquer le lecteur sans répit, d’autant que la construction est particulièrement habile jusqu’à la fin…je n’en dirai pas plus.


Une très belle découverte pour cet auteur que je n’avais pas lu, malgré sa notoriété (deux prix Pulitzer) et ma passion pour la littérature américaine. 




Même morts, les garçons étaient un problème.

*

Nickel était fermé depuis trois ans, ce qui expliquait l’état sauvage du terrain et l’habituel vandalisme adolescent. Même le plus innocent des décors – un réfectoire, un terrain de football – prenait un aspect sinistre, sans qu’il y ait besoin de recourir à des trucages photographiques. Les images étaient dérangeantes. 

*

Changer la loi, très bien, mais ça ne changera pas les gens ni leur façon de traiter leurs semblables.








Colson Whitehead
est un romancier américain né en 1969. 
Colson Whithehead a remporté le National Book Award 2016 et le prix Pulitzer 2017 avec son roman "Underground Railroad" (The Underground Railroad, 2016), qui raconte l’odyssée d’une jeune esclave en fuite dans l’Amérique d’avant la guerre de Sécession.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire