dimanche 3 janvier 2021

Code 93

 Olivier Norek







  • Éditeur : Michel Lafon (9 octobre 2014)
  • Langue : Français
  • Broché : 394 pages







Premier roman d’Olivier Norek, et qui devait l’inscrire dans la liste des meilleurs auteurs de polars français. 

Le décor se plante en Seine Saint-Denis au coeur des quartiers, là où les codes 

en vigueur obéissent à une organisation interne et mouvante. 


Le roman s’ouvre sur une autopsie au déroulement peu banal, de quoi impressionner les moins  sensibles et l’on se met à la place de l’opérateur! Le pseudo-meurtre initial, commis en ayant recours à un rituel remarquable, est suivi d’un deuxième aussi étrange. Les rumeurs sur fond d’ésotérisme vont bon train. 

Le capitaine Coste ne se laisse pas berner par les apparences, le rationnel est son domaine. 

Et l’enquête aboutira à des révélations troublantes.


C’est dans ce volume que l’on fait aussi connaissance avec la brigade, qui s’enrichit d’un nouvel élément lorsque l’histoire débute. La nouvelle recrue devra faire ses preuves.


Excellente intrigue, suffisamment complexe pour s’y accrocher et pas trop alambiquée pour éviter de s’y perdre. 


On perçoit l’expérience de l’autre derrière les situations décrites. Les dialogues sont parfaits, à la fois réalistes et souvent humoristiques. 



Envie de lire rapidement le troisième opus .




Coste ouvrit un œil. Son portable continuait à vibrer, posé sur l'oreiller qu'il utilisait pas. Il plissa les yeux pour lire l'heure. 4h30 du matin. Avant même de décrocher, il savait que quelqu'un quelque part, s'était fait buter. Il n'existait dans la vie de  Coste aucune autre raison de se faire réveiller au milieu de la nuit.

*

Franck Samoy s'était depuis longtemps injecté dans les veines ce qu'il avait gagné à vendre sa voiture. En alchimiste doué, il réussissait à transformer n'importe quotient héroïne, même les téléviseurs.

*

Le troisième, encore debout et pas très sûr d'avoir bien compris les huit secondes qui venaient de s'écouler, tenait encore sa flûte de champagne à la main. La cartouche du Luger Po8 sortit à la vitesse de 1260 km/h du canon rayé qui est imposé à une rotation de 3333 tours/s, brisa le verre dans un premier temps, tourna  moins d'une fois sur elle-même dans le champagne, brisa  la seconde paroi de la flûte et finit sa course dans un cœur qui palpita en descrescendo jusqu'au dernier battement.










Olivier Norek, né en  à Toulouse, est un écrivain et scénariste français, capitaine à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis. Policier de formation, ses 4 romans et ses 2 scénarios relèvent du thriller social





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire