dimanche 21 mars 2021

Le sanctuaire ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

 Laurine Roux 




  • Éditeur : Du Sonneur (13 août 2020)
  • Langue : Français
  • Broché : 147 pages
  • Première sélection Prix Orange







Roman court et dense, dont l’alibi post-apocalyptique cache un autre propos, beaucoup plus universel.


La famille vit isolée, aux abords d’une forêt et le père entraîne les filles au maniement des armes, fondamental dans cet univers où la menace plante au dessus de leurs têtes : les oiseaux, porteurs du virus mortel. Le père seul se risque à s’approvisionner là où des humains ont laissé des biens utiles dans un paysage dévasté.


Gemma est née dans la montagne, elle est la seule à ne pas avoir connu le monde d’avant la pandémie. Le jour où elle ose s’affranchir des interdits et s’aventurer au delà des limites imposées, le doute s’installe et les certitudes ancrées en elle par une éducation sans concession vacillent.


Si le sujet nous renvoie à une actualité encore brulante, ce n’est qu’un coïncidence ou une prémonition troublante. Ecrit avant que ne survienne le bouleversement de nos habitudes, le roman explore cette période de la vie où la sortie de l’enfance s’effectue dans la rupture et le rejet des principes inculqués , et où le regard sur les parents change d’angle. 


C’est aussi le récit d’une folie complotiste  dans une ambiance de survivalisme. 


La nature est bien présente, source d’approvisionnement pour la famille et base de réflexion pour la jeune fille en quête d’identité. 



Récit   marquant 






Une usine à poulets, des bêtes que l'on brûle, et un flash qui tourne en boucle sur les écrans, avec cette voie qui se veut rassurante, mais qui provoque le chaos : le virus a muté.

*

Papa secoue le jerrican. Un fond d'essence cogne contre l'acier dans un bruit désolant. Papa jure. il n'a aucune envie de s'y coller. Pourtant il va falloir descendre dans les vallées, dégoter une ou deux carcasses de voiture à siphonner. Une histoire de quelque jours .

*

Chaque matin je me lève l'aube , quand les brumes de la vallée trempent le pied des montagnes. La veille, Maman a allongé le fond de soupe laissé sur le poêle ; j'en remplis une gourde, puis me barbouille le visage de cendres et décroche mon arc.





Laurine Roux est professeur de lettres modernes et écrivaine.

Elle écrit des nouvelles et de la poésie. "Une immense sensation de calme" (2018), son premier roman, a obtenu le Prix SGDL Révélation 2018.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire