Rien ne t'appartient ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

 Nathacha Appanah




  • Éditeur ‏ : ‎ GALLIMARD (19 août 2021)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 160 pages







Un roman d’une force et d’une beauté remarquables ! 

 

Tara va mal. L’état de son logement en témoigne et elle en prend conscience lorsque le fils de mari défunt lui annonce sa visite. Mais elle n’a pas la force de donner un semblant de décence à son décor. Les confidences viendront, mais les plus lourds secrets ne seront confiés qu’au lecteur.

C’est dans l’enfance qu’il faut rechercher le traumatisme, ce qui a créé une blessure irréparable, la fin  d’une parenthèse idéale, malgré le danger perdu comme une menace permanente. 

Lorsque le destin s’accomplit, la fillette quitte l’enfance et aux yeux de ses proches, incarne le mal, une fille gâchée, méprisable, tout juste bonne à être enfermée avec ses semblables.

 

Il faudra un autre drame pour sortir de ce cercle infernal. Mais en sort-on vraiment ? 

 

La plume est époustouflante ! Il y a une justesse dans le phrasé qui dit les choses sans les dire, avec poésie et retenue, sans jamais cependant créer  le doute. L’art de dire l’indicible, sans mièvrerie, sans faux-semblants. 

 

C’est court pour un récit aussi dense, mais l’indispensable est là, aucun mot n’est inutile.

 

L’amour, la mort, Eros et Thanatos  s’affrontent en une danse diabolique, qui scellent les destins et détruisent les rêves d’enfance.

 

Très belle lecture .







Le garçon est ici. Il est assis au bord du fauteuil, le dos plat, le corps penché vers l'avant comme s'il s'apprêtait à se lever. Son visage est tourné vers moi et, pendant quelques instants, il y a des ombres qui glissent sur ses traits taillés au couteau, je ne sais pas d'où elles viennent ni ce qu'elles signifient. Je ne dis rien, je ne bouge pas, je ferme les yeux mais mon ventre vibre doucement et la peau dans le creux de ma gorge se met à battre.



C'est une vie singulière, avec des secrets, des contradictions et des fantômes : ma mère sait lire dans les cartes, dans le ciel, sur les paumes des mains et parfois sur le visage. Pendant les deux derniers jours de la lune ascendante, elle devient une autre femme qui me garde à distance, lâche ses cheveux, se promène la nuit dans le jardin et ne dort plus dans son lit.


Nous passerons la matinée à nettoyer les trois temples qui accueillent encore des visiteurs. Il faut laver et brosser les sols, balayer la cour, s'occuper du potager. Tout doit être propre quand les grilles du refuge ouvriront pour recevoir les touristes.






Nathacha Appanah est une romancière mauricienne, vivant en France, née en 1973. son premier roman, "Les Rochers de Poudre d'Or",  sur l'histoire des engagés indiens, lui vaut le prix RFO du Livre 2003. En 2016, son roman "Tropique de la violence" remporte le tout premier prix Femina des lycéens, le premier Prix Patrimoines 2016, le Prix France Télévisions 2017, le Prix du roman métis des lecteurs 2017 et le Prix du roman métis des lycéens 2017.

 


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

Bilan novembre 2022

Articles populaires