Les oiselles sauvages ⭐️⭐️⭐️

 Pauline Gonthier





  • Éditeur ‏ : ‎ Julliard (14 octobre 2021)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 208 pages
  • Jury Version Fémina






Lorsqu’elle quitte sa province pour s’inscrire à la Sorbonne, Madeleine y rencontre bien autre chose qu’un savoir universitaire formaté. L’amitié qu’elle noue avec Catherine lui ouvre les yeux sur le militantisme politique et le féminisme revendiqué. On est en 1970, il faudra encore cinq ans pour que le droit à l’avortement soit voté, autant dire que les discours sont musclés. 


C’est ainsi que Madeleine abandonnera ses projets d’études littéraires pour devenir sage-femme, directement sur le terrain pour un engagement sans concession. Ses aspirations amoureuses sont contraintes par son éducation, et restent au second plan.


Vingt ans plus tard, le désir parle et se libère et malgré sa relation avec Aurélien, la passion la conduit dans les bras d’Alix. Et avec cet amour qui la comble, le désir d’enfant vient semer le trouble dans le couple. 



Au coeur du roman, l’évolution du statut de la femme sur quelques décennies et les avancées en terme de droit à disposer de son corps. Le combat reste d’actualité car la vigilance s’impose pour éviter la régression comme on peut le constater ici et là. 


Premier roman militant qui met en lumière le féminisme à travers le parcours ordinaire d’une femme. 




Elle a commencé à parler avec entrain. Elle avait vu Les Justes, avait beaucoup aimé mais considérait Camus meilleur romancier que  dramaturge ou philosophe ; enfin elle estimait davantage Camus que Sartre, tout de même, « tellement plus honnête, non ? ». 
Je l'ai regardée sans savoir répondre.

*

Je ne sais pas si j'aime les femmes, ou seulement cette femme là : la courbe de ses seins coniques, ses hanches arrondies, et la manière dont se place ses doigts lorsque sa main est lâche – le majeur et l'index toujours un peu crispés.

*

Mettre au monde un nouvel être me semblait absurde alors que certains déjà nés et abandonnés désespéraient de solitude. Un jour, en m'entendant, ma mère s'était amusée de ma déclaration : C'est pourtant magnifique, ma chérie, de porter un bébé ! J'avais dû lui demander pourquoi et son « Il faut le vivre pour le comprendre… » n'avait pas suffi à étancher ma soif d'arguments.






Née en 1990, Pauline Gonthier a grandi à Chambéry. Elle vit et travaille aujourd’hui à Paris, comme économiste au sein de l’administration française. Les Oiselles sauvages est son premier roman. (Source : Babelio)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

La limite n'a pas de connerie ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Articles populaires