Le Moine

Mathew Gregory Lewis





Roman phare du style gothique, Le Moine en possède toutes les caractéristiques : 


Le récit s’installe dans une église, où le charismatique Ambrosio ressemble les foules subjuguées autour de ses célèbres sermons. L’homme est un saint, un modèle pour les fidèles catholiques de l’Espagne du 17è siècle. L’évolution du personnage est typique, la tentation l’atteindra, par les manigances d’une femme sulfureuse et déterminée.

Ne manqueront pas les cryptes, les souterrains, les salles de torture (l’Inquisition n’est pas absente).


L’intrigue est ponctuée de promesses, de pactes, et de tractations occultes qui font la gloire du genre.


Quant à l’image de la femme, elle oscille entre la petite chose fragile et innocente, et la diablesse messagère du malin.


Le fantastique s’invite également dans les lignes, les apparitions fantomatiques et les monstres échappés de l’enfer se disputent la vedette. Les potions diverses apparentées au GHB ou armes de crime ont une efficacité redoutable.



La construction est finalement assez moderne, ou plus exactement la déstructuration temporelle des romans actuel n’est pas un procédé si moderne, puisqu’on le retrouve avec les récits anciens enchâssés dans le roman.


Le roman souffre sans doute de l’usure du temps. Il a cependant le mérite d’avoir été le chef de file de nombreux autres ouvrages dont les romans culte que sont Frankenstein et Dracula.


441 pages Gallimard 4 octobre 1975

Caverne des lecteurs






Il vous donnera accès la nuit prochaine  dans la chambre d’Antonia : alors soufflez trois fois sur le myrte, appelez-là par son nom et placez le sous son oreiller ; à l’instant un sommeil de mort s’emparera d’elle, et lui ôtera le pouvoir de vous résister. Ce sommeil la tiendra jusqu’au point du jour. En cet état, vous pouvez satisfaire vos désirs sans risquer d’être découvert.


*



C'était un homme d'un port noble et d'un aspect imposant. Sa taille était haute, et sa figure remarquablement belle ; il avait un nez aquilin, de grands yeux noirs et étincelants, et d’épais sourcils qui se touchaient presque ; son teint était d'un brun foncé, mais transparent ; l'étude et l'éveil avaient entièrement décoloré ces joues ; la tranquillité régnait sur son front sans rides ; et le contentement exprimé dans chacun de ses traits annonçait une âme exempte de soucis et de crimes.





Matthew Gregory Lewis est un romancier et dramaturge anglais, souvent désigné sous le nom du « moine » Lewis, en raison du succès de Le moine, son premier roman, écrit à l'âge de vingt ans, en 1796.










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

L'invité(e) de trop ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Articles populaires