Gazoline ⭐️⭐️⭐️⭐️

 Emmanuel Flesch












Au rythme des quatre saisons, une chronique qui s’ancre dans un paysage de vignes, dans les années 80.


Un ennui général règne sur les environs, pour la bande d’ados qui se retrouve devant la cabine téléphonique. Les amours naissent et meurent, les plus jeunes s’angoissent de leur ignorance. Pourtant, un événement dramatique va fait voler en éclat la torpeur générale. Un incendie détruit le hangar des Berthelot, faisant passer de vie à trépas les chèvres qui s’y abritaient. Les chèvres de Delphine, l’amoureuse secrète de Samuel. Du haut de ses dix ans , il porte en lui un lourd secret : il a bien reconnu celui qui rodait autour de la grange juste avant que le feu se déclare.



Lorsqu’un événement un peu exceptionnel arrive, les langues se délient et les vieilles rancoeurs sortent de l’oubli feint où elles étaient tapies. Anciennes offenses, amours trahies, dettes d’honneur, opinions politiques, tout est bon pour alimenter la vindicte. 


Après quelques craintes en début de récit (« agonir » au lieu d’agoniser, les « quatre coins de l’Hexagone ») , qui ont tout de même activé une lecture en mode correction, je me suis laissée entraînée par la narration, avec ses références musicales ou sociales à l’époque. La vie quotidienne d’un petite bourgade, qui évoque un autre roman célèbre, Clochemerle, les échanges des ados désoeuvrés, même si le thème n’est pas neuf, ont réussi à me captiver. 



Deuxième roman apprécié , après Le coeur à l’échafaud , que j’avais beaucoup aimé, Emmanuel confirme son talent de conteur et  son art des dialogues.


450 pages Calmann Lévy 4 janvier 2023

#Gazoline #NetGalleyFrance







Il arrachait les herbes hautes, par poignée, le long du chemin. Ses chaussures de foot soulevaient derrière ses mollets des nuage de poussière. De part, et d'autres défilaient une savane familière – églantiers, buis, aubépines, genévriers. Et en ligne de mire, au sommet de la colline, tremblait la silhouette du calvaire, brouillée par ses larmes.


*



Le père Berthelot n'y était pas. Sa petite Delphine soufflait ses bougies d'anniversaire, des étincelles dans les yeux, déjà si grande, et son esprit continuait à battre la campagne. Il y avait des semaines comme ça où le cours de l'existence semblait se précipiter en désordre.




Emmanuel Flesch





Après avoir exercé toutes sortes de métiers entre Paris et Marseille, Emmanuel Flesch enseigne l’histoire et la géographie dans un collège de Seine-Saint-Denis. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

Temps calme, pleine tempête ⭐️⭐️⭐️⭐️

Articles populaires