lundi 6 août 2018

La vérité sort de la bouche du cheval

Myriem Alaoui












  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Gallimard (23 août 2018)
  • Collection : Blanche
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français










C’est avec verve et fantaisie que Myriem Alaoui donne la parole à Jmiaa, que le destin guidé par des choix malheureux a mis sur le trottoir à Casablanca. Elle élève seule sa fille, sa propre mère ignore la vérité, son crétin de mari s’est fait la malle. Rien de réjouissant ni d’ enviable donc . Et pourtant, rien ne la démotive , Jmiaa, ni les embrouilles avec les autres filles ou les souteneurs, ni les frasques de son chéri, qui n’a pas inventé l’eau tiède. Elle a d’ailleurs du répondant , que ce soit par la parole ou par les poings. Et puis, un jour , la roue tourne….

Dès les premières lignes on est surpris par le style haut en couleurs utilisé par la narratrice pour nous raconter son quotidien. Pas de faux semblants : elle appelle un chat un chat. Mais c’est si tonique que le sordide disparait derrière la truculence. Les portraits qu’elle dresse de son entourage sont drôles et clairvoyants. 

Par ailleurs, Jmiaa emploie de nombreux mots en marocain, et fait référence à des personnalités du spectacle ou de la politique qui ne sont célèbres que localement. Le lecteur est renvoyé à un glossaire, indispensable, qui met la lumière sur ce qui n’est en général pas fondamental pour l’intelligence du texte, mais lui donne sa couleur. Bien entendu, le revers de la médaille est que la lecture est coupée à chaque fois que l’on y a recours .

Malgré cet écueil, on est vite sous le charme de la pétillante jeune femme et le récit de ses aventures est  captivant. C’est un voyage dans un Maroc pittoresque, coloré, à l’image du parler de Jmiaa, et jamais déprimant : pas de lamentation stérile, mais une capacité de réplique immédiate à l’adversité, même si le message est clair (pour les femmes qui auront raté l’étape fiançailles - mariage, le plus vieux métier du monde est l’une des alternatives, sinon la seule , juste pour espérer survivre).


Je remercie Babelio et les éditions Gallimard pour leur confiance.


Si c'est un journal ou un bouquin, ça ne m'intéresse pas. Je n'aime pas la lecture. Tu prends un livre, tu te casses le cul à le déchiffrer, tu dois imaginer, tu n'entends pas la voix des personnages, tu ne sais pas s'ils sont beaux ou pas. A vrai dire, je n'en ai jamais lu, mais je sais que c'est une galère.
*
Comme il avait bougé, sa couverture avait glissé sur son épaule. Et quand  je me suis penchée vers lui pour le porter, il était parti. C'était aussi simple que ça. Pas de bruit, pas d'hôpital. Rien. Pour toujours. Il y a plus chanceux que lui?
*
Mais dès qu'elle a eu ses problèmes de genoux, elle ne pouvait plus monter les marches. Alors au lieu de s'alléger en suivant un régime comme le lui avait dit le docteur, elle a préféré descendre d'un étage. Elle a dit qu'elle avait passé sa vie à entretenir ses formes, ce n'était pas pour qu'un charlatan la renvoie à la case départ avec sa salade verte.
*
Ils sont passés à l'heure du ramadan maintenant. Je ne comprends plus rien à leurs histoires. Ils ont dit qu'on allait passer à l'heure d'été pour faire des économies, on n'a pas bronché. On a même trouvé ça bien. Ensuite ils ont décidé de passer à l'heure de ramadan parce que c'est l'été. Je n'ai pas bien compris mais pourquoi pas? Le problème c'est que là, il paraît qu'après  ramadan , on repassera à l'heure d'été et après l'Aïd, à l'heure d'hiver. Ils se foutent de nous ou quoi? On n'a rien d'autre à faire, nous? Règle ta montre. Dérègle ta montre! Re-règle ta montre . Il ne faut pas faire chier les gens non plus!



Meryem Alaoui est née et a grandi à Casablanca. Elle vit aujourd'hui à New-York. La vérité sort de la bouche du cheval est son premier roman. Il est présélectionné pour le prix Stanislas et pour le prix cu roman FNAC


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire