lundi 28 janvier 2019

L'empathie

Antoine Renand








  • Broché: 464 pages
  • Editeur : Robert Laffont (17 janvier 2019)
  • Collection : La bête noire
  • Langue : Français









Sur la couverture, un avertissement signale que l’on risque après lecture de ne plus pouvoir dormir la fenêtre ouverte. En fait on risque de ne plus pouvoir dormir du tout. Dans un premier temps parce qu’on aura réduit ses heures de sommeil pour avancer dans ce thriller qu’on ne peut pas lâcher. Et ensuite parce qu’on va rapidement découvrir que ce n’est pas une fenêtre fermée, quel que soit l’étage où elle se trouve,  qui arrêtera Alpha. 

Alpha. Le nom que l’on redoute de voir apparaître car on sait immédiatement que quelqu’un va passer un sale quart d’heure. Rien n’arrête ce démon, uniquement animé par sa propre jouissance qui ne peut se manifester que dans la torture et la domination de ses victimes. Même si l’on découvre peu à peu son passé, pas question de l’absoudre, on souhaite juste que les valeureux flic qui sont sur ses traces parviendront à le neutraliser. Si possible pour  toujours.

La  Poire, c’est lui qui traque ce pervers démoniaque. Ce surnom fruitier, lié à la morphologie peu excitante d’Anthony Rauch, cache un passé trouble, que l’on va découvrir peu à peu. Et quel que soit ce passé, Anthony reste un personnage qui suscite l’empathie. Mais tout cela sera révélé à petites doses. Le seul indice livré dès le départ est la personnalité remarquable de sa mère, avocate réputée pour plaider les causes perdues.

Troisième élément d’un thriller, les victimes. La compassion est là inévitable. Et elles contribuent par leurs caractéristiques sans originalité à l’impression générale que cela peut arriver à n’importe qui. Il suffit juste d’être là au mauvais moment. 

C’est donc un thriller haletant, difficile à lâcher, à la fois en raison de la terreur qu’inspire le psychopathe mais aussi parce qu’on beaucoup à découvrir sur le passé du capitaine Rauch. 


Un thriller efficace et mouvementé comme je les aime.





Elle se mit à craindre les hommes, elle qui ne les avait jamais fuis. La présence de ses patients masculins, même si elle les connaissait, lui devenait de plus en plus désagréable. Là encore, rien n'était conscient, le problème était physique. Mais il fallait qu'elle travaille, qu'elle masque... qu'elle demeure professionnelle.


*

Le lendemain, elle interrogea son fils comme l'aurait fait un professionnel. Elle sur qu'il disait vrai et qu'il n'aurait pas pu tout inventer. Depuis la veille, un sentiment de culpabilité  l'étreignait. Elle avait livré son enfant à un pédophile.


*

Avant de devenir des bourreaux, ils ont été des victimes.









Antoine Renand a écrit et mis en scène des courts-métrages, primés en festivals et diffusés à la télévision. 

Il est l’auteur de plusieurs scénarios de longs-métrages en cours de production. "L’Empathie" (2019) est son premier roman. 
(Source : Babelio)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire