lundi 18 novembre 2019

Dénouement

Aurélie Foglia





  • Poche : 237 pages
  • Editeur : José Corti Editions (22 août 2019)
  • Collection : Domaine français
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français









 Il faut être plutôt en forme et optimiste lorsqu’on attaque Dénouement, qui est une apologie du verre à moitié vide,  incarné par une jeune femme sur qui le destin s’acharne obstinément : son couple bat  de l’aile, son enfant la rejette c’est d’ailleurs un  petit monstre insupportable,  son travail ne la passionne pas et l’angoisse et la relation avec ses parents la conforte dans son sentiment d’imposture. La séparation est inéluctable, avec perte et fracas, le macho qui est son ex, entend bien tout gagner dans l’histoire. L’attitude de l’enfant, la confronte à ses propres faiblesses qu’elle vie comme autant d’échecs  dont elle s’attribue tous les torts. Quelle soit femme, mère ou enfant, Dolorès porte bien son prénom.

Une petit lueur d’espoir apparaît lorsqu’elle essaie de se reconstruire, après un épisode de dépression sévère : Internet est un portail facile mais peu fiable. La rencontre et la relation qui se met en place avec Jean semble vouée dès le départ à l’échec.

Belle écriture avec le sens de la formule, mais un tantinet désespérant tout de même. La pathologie dont souffre cette jeune femme appose un filtre grisâtre sur le scénario de sa vie, et une petite thérapie semblerait hautement nécessaire, sans laquelle le schéma d’ensemble risque fort de se répéter sans relâche

Histoire malheureusement banale d’une dépression ordinaire, avec une vraie qualité d’écriture.





Une femme facile, pensent-ils. Vite ivre. Pas d'alcool mais d'odeurs, d'images fugitives et d'effleurements, de rencontres avec les insectes, de bonnes choses, des mots, des livres, toute la vapeur du monde qui la prends et lui monte à la tête. À cause de cette façon d'être, elle, Dolores, a besoin  d'encore plus de force que les autres, pour ne pas être tout de suite écrasée ni dévorée.

*

Peut-être, sans doute, viendra le jour où il ne croira plus au Père Noël, puis le jour où il ne croira plus en son père, comme elle a cessé de croire en Dieu. Connaissant ses colères et son caractère absolu, adulte, il en voudra au monde entier de lui avoir raconté de telles craques. Il deviendra criminel ou écrivain qui sait.





Aurélie Foglia est maître de conférences en Lettres à l'Université de Nantes de 2007 à 2012 ; maître de conférences en Lettres à l'Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle depuis 2012. (Source : Babelio)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire