samedi 22 février 2020

Neuf parfaits étrangers

Liane Moriarty






  • Broché : 512 pages
  • Editeur : Albin Michel (29 janvier 2020)
  • Collection : A.M. ROM.ETRAN
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais) : Béatrice Taupeau









Les quatre romans de Liane Moriarty traduits en français m’ont tous totalement séduite. Alors bien sûr, j’ai abordé celui-ci avec confiance et conviction de ne pas déroger à la règle. Bingo, carton plein encore une fois!

Le premier chapitre met en scène une executive woman, une cheffe dans l’âme, qui n’a sans doute pas su interpréter les alarmes que son corps en surpoids a dû lui adresser… En pleine activité, une crise cardiaque la terrasse.

Puis ce sont les autres personnages, les neuf annoncés dans le titre. D’horizons divers, mais cependant appartenant à une catégorie sociale plutôt favorisée (il le faut pour se permettre de s’offrir un séjour de remise en forme tel que celui où ils feront connaissance), ils arrivent au Tranquillum House avec des problèmes existentiels plus ou moins occultés. 

Le centre se propose de transformer leur vie, de régler tous leurs problèmes, de faire d’eux des êtres différents. Et la femme à l’origine de ce concept semble avoir les épaules pour mener à bien ce défi. 

Pas besoin d’en dire plus, la suite des événements ne va pas bousculer que les pensionnaires en mal de bien-être. 

C’est encore une fois remarquable. C’est comme un paquet de Bretzels : on en mange un, on vide le paquet. L’auteure a le don de brosser des portraits de personnages à partir de détails triviaux qui font tout leur charme. On marche dans la combine et on se laisse balader au gré des rebondissements et des surprises qui  animent le récit. D’autant que la situation de huis-clos induite par le programme, en révèle long sur la fragilité de la solidarité quand la survie est en question. 


Partagée entre le désir de connaître la suite et le souhait de rester dans ces pages, je n’attends qu’une chose, que l’un des deux autres romans restant ne soit rapidement traduit.

Challenge pavés Babelio 2020



Elles détestent presque toutes leur corps. Les femmes et leur corps ! Il n'y a pas de relations plus violente ni plus toxique. Macha avait vu des femmes pincer le gras de leur ventre avec tant de dégoût et de brutalité qu'elles en avaient des bleus. Pendant ce temps là, leurs maris, bien plus empâtés, se tapotaient affectueusement le ventre d'un air mi-fier mi-penaud.

*

Heather avait cliquer sur Réserver et s'en était aussitôt mordu les doigts. Étrange comme parfois les projets qui nous enthousiasment perdent tous les attraits à l'instant où ils prennent forme. Mais il était trop tard. Elle avait accepté les conditions générales. Ils pouvaient changer les dates mais en aucun cas se faire rembourser. Ils allaient donc passer dix jours à purifier leur corps et leur esprit que ça leur plaise ou non.


Liane Moriarty est une romancière australienne. Elle est l'auteure de nombreux best-sellers dont "Le secret du mari" , phénoménal succès aux États-Unis et en France, et traduit dans 55 pays.

Son roman "Petits secrets, grands mensonges" ("Big Little Lies", 2014) a été adapté par David E. Kelley pour la chaîne HBO . 

A la recherche d'Alice Love a été traduit en français en 2019.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire