lundi 13 avril 2020

Rivage de la colère

Caroline Laurent






  • Broché : 256 pages
  • Editeur : Les escales éditions (9 janvier 2020)
  • Collection : Domaine français
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français










Merci à Caroline Laurent pour ce voyage vers une destination jusque-là inconnue, et qui le serait sûrement restée  si je n’avais paslu ce récit. Les Iles Chaos, un petit archipel dans l’Océan indien, où vivent sereines quelques familles autochtones, dont la vie est rythmée par l’arrivée des cargos qui amènent denrées et étrangers. Marie-Pierre Ladouceur succombe rapidement au charme de Gabriel, un mauricien qui débarque sur l’île pour venir en aide à l’administrateur colonial. Et succomber veut dire donner un frère à sa fille ainée. Ils s’aiment, sans aucun doute ces  deux-là, même si la « prématurité" de Joséphin, peut semer le doute. 

Oui mais voilà, lorsque l’indépendance de l’Ile Maurice est décrétée, les Iles Chaos sont vendues à l’Angleterre pour en faire une base militaire. C’en est fini du paradis, c’est même l’enfer qui attend les Chagossiens, l’enfer dans les bidonvilles de Maurice où ils sont ignorés, dans ressource et sans possibilité de travailler. La ferveur et le militantisme de Marie-Pierre suffiront-ils à avoir gain de cause? 

Ce récit basé sur des faits historiques est d’une part très instructif, puisque c’est l’existence même de ces îles que l’on découvre, ainsi  que l’histoire de la décolonisation britannique.Mais on succombe aussi au romantisme de la liaison  amoureuse de Marie-Pierre et Gabriel, parfaitement intégrée dans le récit et qui lui confère ce qu’il faut d’humanité pour être autre chose que le rapport de faits anciens, goutte d’eau dans l’océan des abjections de l’iniquité coloniale.

J’ai énormément aimé ce récit, que l’auteur nous confie avoir entendu de la bouche de sa grand-mère mauricienne, renforcé par une sérieuse documentation pour analyser ces données historiques.

Superbe 





Je n'ai pas la foi. Je préfère parler d'espoir. L'espoir, c'est l'ordinaire tel qu'il devrait toujours être : tourné vers un ailleurs. Pas un but ni un objectif, non, un ailleurs. Un lieu secret dans lequel, enfin, chacun trouverait sa place. Un lieu juste.


*

Le métissage c'est toujours trop ou pas assez. il n'y a pas d'équilibre, pas de recette, pas de dosage. Quoique vous fassiez, vous serez toujours pris pour celui que vous n'êtes pas .








Caroline Laurent est écrivaine et éditrice franco-mauricienne. Elle est également l’auteure de "Et soudain la liberté" (Les Escales, 2017), un premier roman signé avec Evelyne Pisier, qui a reçu le prix Marguerite Duras, le grand prix des lycéennes ELLE, le prix Première Plume et a été traduit dans de nombreux pays.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire