dimanche 31 janvier 2021

Autopsie d'un drame ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Sarah Vaughan 




  • Éditeur : Préludes (10 mars 2021)
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais) : Alice Delarbre
  • Broché : 448 pages
  • #Autopsiedundrame #NetGalleyFrance





L’auteur de La ferme du bout du monde revient avec un récit différent, plus ancré dans la réalité du vingt-et-unième siècle. Au centre du propos, Liz, pédiatre dans un centre hospitalier de l’Ouest de Londres. Lorsqu’elle n’est pas au chevet de ses petits malades, elle est aussi une mère ordinaire, en perpétuel manque de temps et en recherche d’un subtil équilibre entre famille et travail. 


Cette profession prenante et passionnante l’expose souvent à des situations dramatiques et éprouvantes, mais le pire arrive lorsqu’elle accueille  aux urgences une de ses amies, avec dans ses bras une petite Betsey inquiétante, chez qui les examens révéleront une fracture du crâne. Si Liz est rapidement exclue de la prise en charge en raison des liens particuliers qu’elle a avec la famille, elle est malgré tout  impliquée, moralement et par les sollicitations de son entourage, qu’il lui est bien difficile d’éviter, malgré  son devoir de réserve. 


Les confidences de Jess et les questionnements de son mari, permettent peu à peu de comprendre ce qui s’est réellement passé le jour du drame .


Le roman aborde avec beaucoup de réalisme ce sujet délicat de la suspicion de maltraitance, à la fois sur ce qui peut amener des parents à commettre de tels actes, sur la délicatesse d’une enquête qui, que la famille soit responsable ou non ne peut que laisser des traces indélébiles. Et dans le cas présent, la situation ingérable de la pédiatre, écartelée entre sa vie personnelle et les liens qu’elle a noués avec la famille suspecte et le souhait de connaître la vérité quelle qu’elle soit. 


Le suspens est maintenu tout au long du roman, qui révèle la vérité dans la dernière partie. 


Excellent roman, addictif et angoissant, et traité avec toute la délicatesse que mérite le sujet. 


Merci à Netgalley et aux éditions Préludes.




- Bon, eh bien, on a réussi ! On survit depuis cinq ans au débarquement de nos enfants !

Ed tient sa coupe de champagne à bout de bras.

*

Le cri enfle. Au début, il est faible. Un gémissement, un glapissement. Timide, tremblant, attendant de voir comment il sera reçu.

Le doute se dissipe rapidement. La plainte devient un bêlement, le piège se referme, alors que le cri se condense en note de pure angoisse.

— Chut… implore la mère en se penchant au-dessus du berceau et en prenant son bébé à bout de bras.

Le son solidifie l’espace entre eux.

— Tout va bien, ma chérie, maman est là maintenant. Maman va tout arranger.

Le bébé la fixe. Onze semaines ; prise dans l’étau féroce de coliques inconsolables ; ses yeux sont deux perles noires, intenses et incrédules. Ne sois pas ridicule, disent ces yeux. Je suis furieuse, furieuse contre toi. Son visage se chiffonne de l’intérieur et sa grenouillère devient humide ; la rage virulente qui transforme son corps en fournaise incandescente doit être évacuée.

— Chut, chut, tout va bien, répète la mère.






Après des études d'anglais à Oxford, Sarah Vaughan s'est consacrée au journalisme. Elle a travaillé pendant onze ans au Guardian avant de publier "La meilleure d'entre nous", son premier roman, puis, en 2017, "La ferme du bout du monde".

Elle vit près de Cambridge avec son époux et leurs deux jeunes enfants. 

(Source : Babelio)








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire