mardi 16 février 2021

L'enfant parfaite ❤️ ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

 Vanessa Bamberger




  • Éditeur : Liana Levi (14 janvier 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 252 pages
  • Première sélection Prix Orange





Coup de coeur ! Un roman bien ancré dans la réalité de ce début de 21è siècle.


Si la pression exercée sur la jeunesse, qu’elle soit dorée ou à la dérive n’est pas une nouveauté, il semble bien quand même que le rouleau compresseur soit monté en puissance.


Pour Roxane, l ‘adolescence, c’est la lutte sans merci pour se maintenir au niveau exigé par le lycée tremplin pour les prépas, c’est un parcours en équilibre instable au rythme des alliances amicales ou amoureuse, c’est aussi le quotidien en solo avec une mère altiste et peu présente. C’est aussi la trahison sournoise d’une débâcle hormonale sous la forme d’un éruption d’acné, qui peut très bien faire basculer le tout. Malgré le conflit des parents entre la mère adepte du « zéro médoc » et le père soucieux au delà du raisonnable de l’aspect physique de sa fille, Roxane apprécie le répit que lui confère le traitement par isotrétinoine.


François est cardiologue. En ville. Il n’a pas cédé aux injonctions de son père lui aussi médecin libéral et qui rêvait d’un fils chef de service hospitalier. Malgré tout, il voudrait bien  détourner son propre fils d’un avenir de saltimbanque.


Jusqu’au drame qui vient rompre la corde tendue de cet équilibre précaire.



Aucun temps mort dans cette histoire qui alterne les personnages, Roxane et François, jusqu’au point critique qui va réunir leurs destins. La tension se majore dans un crescendo que ne dément pas la construction à la manière d’une oeuvre musicale, entre quatre mouvements. 

La bande son ne s’en tient pas au classique, calquée sur le répertoire de la mère de Roxane puisqu’elle fait aussi la part belle  également aux hits écoutés par les ados.


J’ai aussi beaucoup apprécié de faire une mise à jour de mon lexique « jeune », d’ailleurs proposé en annexe avec la traduction.




À croire que vous, nos profs, nos parents, prenez du plaisir à nous voir souffrir, par l'obsession de nous dynamiser, nous secouer, nous endurcir. Peu importe si ça nous fait nous sentir stupides. Vous revêtez votre panoplie de manager. Nous ne sommes pas sur terre pour nous amuser. Nous sommes priés d'être compétitif, conformes, de bons produits homologués. Quels que soit nos efforts nous serons défaillants. C'est un système qui repose sur l'échec. Une société de tyrans.

*

Il me dit souvent, détends-toi Roxanne, ma dinde, tu es trop stressée. Seulement moi, j'aime avoir les sens aiguisés. Et tant pis si j'ai mal au ventre, tant pis si j'ai la respiration coupée, l'esprit détraqué. Les eaux de l'adolescence m'apparaissent troubles et froides, agitées. Comment fait-on pour les traverser à la nage, sans barque, sans radeau, sans gilet de sauvetage






Vanessa Bamberger est une écrivaine française.

Après des études à Sciences Po Paris, elle a vécu plusieurs années à Londres et à New-York. Elle est aujourd'hui journaliste à Paris. 









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire