mercredi 17 février 2021

Tant qu'il reste des îles. ⭐️⭐️⭐️⭐️

 Martin Dumont




  • Éditeur : Les Avrils (6 janvier 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 240 pages
  • Première sélection Prix Orange






Le petit chantier naval est en sursis. Tout le monde le sait. Mais ce qui anime les soirées au café local, outre l’accordéon de Christine, et les tournois de coinche, c’est le pont et avec lui la fin de l’insularité. Même si les dés sont jetés, quelques uns poursuivent leur lutte inutile. Le référendum a tranché, et les fondations sont déjà bien avancées. 


Léni sait que ce combat est vain, et une autre guerre l’anime : celle qu’il mène contre son ex, pour passer plus de temps avec sa fille. 

L’arrivée sur l’île d’une photographe change la donne. 

Le portrait de ce taiseux, incapable d’exprimer ce qu’il ressent, au risque de s’isoler dans sa forteresse intérieure et d’en crever, est attendrissant.


C’est un roman d’amitié, d’appartenance à un terroir, particulièrement marquée pour des iliens et c’est en cela que le pont menace cette singularité. La route, c’est la fin de la tranquillité, la horde de touristes, les voitures. Difficile à accepter même si c’est aussi un accès plus facile au continent, et une manne pour ceux qui vivent du tourisme. 


On retrouve avec plaisir la plume sensible de l’auteur du Chien de Schrödinger pour un deuxième roman réussi.





Une île c'était l'assurance d'un mouillage abrité. Le seul endroit au monde où, par définition, il y avait la mer tout autour. L'océan à trois cents soixante degrés. Et donc la certitude de pouvoir trouver une anse, une plage ou même une petite crique entre les roches pour se protéger de la houle et du vent. C'était ça, pour un marin, la magie d'une île. L'effort de la traversée contre la promesse d'un abri.

*

C'est pas rien, une île… C'est un bout de terre planté au milieu de l'océan. Un caillou peut-être, mais avec la mer autour. Un truc magique, un truc d'où tu peux pas te barrer comme ça, juste sur un coup de tête. Et même pour la rejoindre d'ailleurs ! Une île, ça se mérite. Faut prouver qu'on est digne de l'atteindre, faut être à la hauteur. Bon, je suis pas idiot, je sais bien aujourd'hui avec les bateaux ou même l'hélico qui te transporte à terre en un quart d'heure, ça veut plus dire grand chose.




Martin Dumont travaille comme architecte naval. 

Il a passé son adolescence à Rennes où il s’est épris de l’océan et de la voile.  

Il a longtemps vécu en Bretagne, le décor de son premier roman, "Le chien de Schrödinger", paru en 2018. source : Babelio)







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire