vendredi 26 mars 2021

Presqu'îles ⭐️⭐️⭐️⭐️

 Yan Lespoux




  • Éditeur : Agullo (21 janvier 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 184 pages
  • Première sélection Prix Orange








Ce recueil de nouvelles a pour décor le Sud-Ouest, ce Sud-Ouest rural fier de son appartenance, qui cultive le rejet du Bordelais, déclinaison du parisien.


 «  Le Parisien, c’est une sorte de bordelais; D’ailleurs parfois, c’est même un                 Bordelais. C’est juste qu’on dit que c’est un Parisien parce que c’est plus pratique et que ça permet de ne pas le confondre avec le Bordelais qui habite là toute l’année, même s’il est de Bordeaux »


 Et il suffit d’un séjour ne serait-ce que quelques mois hors du terroir, pour être assimilé à ceux qui ne sont pas d’ici…


Cette communauté fluctuante s’ancre autour de traditions dont les  origines ne sont même plus  identifiables. Qui a commencé à surnommer ? Qui n’a pas un coin de forêt considéré comme personnel et non transmissible même sur son lit de mort ? Et les histoires de chasse !


La présence de la nature agrémente les textes, entre mer et forêt, menacées l’un et l’autre par l’évolution inéluctable. 


Les textes sont courts et reliés entre eux par un fil rouge  flottant, entre chauvinisme et liens profonds qui unissent  les personnages. On découvre avec beaucoup de plaisir ces extraits de vie, qui même s’ils sont géolocalisés sans ambiguïté, pourraient se décliner à l’infini sur notre territoire, puzzle d’un nombre indéfini de microcosmes revendiqués.


Très agréable moment de lecture. 




Il y avait ce voisins qui, quelques fois par an, s'arrêtait à la maison parce qu'il était trop ivre pour pédaler jusque chez lui. Il n'avait jamais eu le permis de conduire, ce qui lui avait évité l'humiliation de le perdre, et son vélo était son plus fidèle ami.

*

"Ah ! Le premier noyé la saison ! »
Cette phrase, depuis tout petit, je l'ai entendu, comme il convient, une fois par an. Au moins. Parfois, on oublie qu'il y en a déjà eu un avant. C'est ce qui arrive quand le premier noyé de la saison est vraiment précoce. Tellement précoce qu'il est même délicat d'affirmer que la saison a commencé. Entre janvier et mars disons… Avant l'équinoxe  de printemps en tout cas.

*

Dans mon rêve, mon grand-père se tenait à mes côtés. Deux doigts au coin des lèvres, il siffler son chien qui venait de partir en courant après un lapin. J'avais beau chercher, je ne voyais ni le chien ni le lapin et je me sentais terriblement impuissant. Alors mon grand-père posait une main sur mon épaule et, de l'autre, m'indiquait un espace vide, une espèce d'immense pré, écrié : « Le voilà ! Le voilà ! »





Yan Lespoux est né en 1977. Il a grandi dans le Médoc. Il enseigne l'occitan à l'Université Paul Valéry-Montpellier 3. Presqu'îles est son premier recueil de nouvelles



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire