Abonnés

Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable ⭐️⭐️⭐️⭐️

 Romain Gary













C’est un Romain Gary vieillissant qui prête sa plume au narrateur. Point de plaintes chevrotantes cependant. Le personnage nous fait grâce des multiples humiliations quotidiennes du senior. Mais le désastre frappe cependant à sa porte : comment satisfaire celle qui illumine ses jours malgré le gouffre temporel qui les sépare ! 


Le sujet est délicat, mais l’esprit et l’humour de Romain Gary font merveille. Pas de trivialité, de vulgarité, même si les choses sont énoncées clairement (en particulier lors de désopilantes consultations médicales).


Le style est léger, avec une pointe d’autodérision bienvenue pour un sujet désespérant. Les personnages secondaires ont du panache, que ce soit la jeune brésilienne objet de tous ses désirs ou l’énigmatique Ruiz.


Un sujet tabou traité avec élégance.


247 pages Gallimard 20 septembre 1978

Caverne des lecteurs 








« Changer le monde ... » Il faut, pour nourrir une aspiration aussi vaste, beaucoup d'humilité dans les rapports avec soi-même, car, dans la mesure où il est authentique, ce genre d'ambition demande d'abord le renoncement…


*


Depuis que l'homme rêve, il y a déjà eu tant d'appels au secours, tant de bouteilles jetées à la mer, qu'il est étonnant de voir encore la mer, on ne devrait plus voir que les bouteilles.


*


Un jour, mon valet de chambre, Maurice, qui ne pardonne rien à la poussière, soulèvera délicatement mon sourire, lui donnera quelques coups de plumeau et le déposera sur l'étagère de la salle de bains parmi mes autres articles d’hygiène.




Romain Gary


Romain Gary, de son vrai nom Roman Kacew, est un romancier (1914-1980)


Las d'être la cible de critiques le considérant réactionnaire, du fait de son passé de diplomate gaulliste, il invente une écriture vive et drôle, à rattacher au courant post-moderniste, sous le nom de plume d’Émile Ajar. Son cousin Paul Pawlovic prête corps à cette allégorie et, en 1975, reçoit le Prix Goncourt pour "La Vie devant soi". La supercherie est révélée par Romain Gary dans son œuvre posthume "Vie et mort d’Émile Ajar" (1981).

1 commentaire:

Article le plus récent

Marguerite et le Mont blanc ⭐️⭐️

Articles populaires