jeudi 14 juin 2018

L'affaire mayerling

Bernard Quiriny








  • Broché: 270 pages
  • Editeur : Rivages (3 janvier 2018)
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français







Bien curieuse affaire dont le présumé coupable à défendre ou pas est  un immeuble! Une construction moderne, qui prend lieu et place d’une ancienne bâtisse extorquée, après des manigances obstinées, à son ancienne propriétaire. Déjà contesté avant même d’avoir surgi de terre, le bâtiment devient rapidement l’objet du malheur de ses habitants, ceux-la même qui s’étaient endettés pour  acquérir le logis de leurs rêves. Rien ne va plus pour eux : les couples se déchirent, les isolés pètent les plombs et l’immeuble lui-même s’auto-mutile rapidement.

L’idée est plutôt plaisante. Cependant Toute cette partie où l’on assiste aux méfaits subits par les co-propriétaires est un peu longue et finalement attendue. D’autant que les personnages sont nombreux, (clin d’oeil ici à Perec) et l’on peut s’y perdre. 

L’intérêt s’éveille lorsque l’auteur suggère l’origine possible de tous les maux, mais le fin fond de l’affaire a des allures de pétard mouillé.

On peut sourire à l’accumulation des situations conflictuelles, une sorte de condensé des possibilités de mésentente au sein d’un voisinage.
Et c'est un pamphlet contre la mégalomanie urbaine, qui attire toujours plus les foules , sans pour autant faire leur bonheur.


Un peu déçue donc, surtout en comparaison de Le village évanoui, beaucoup apprécié, il y a quelques années.






Les villes se droguent à la construction. Les grues innombrables sont des seringues ; le béton, une drogue. Plus la ville se pique, mieux elle se sent. Et pourtant, c'est par là qu'elle meurt 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire