vendredi 4 septembre 2020

Victor Kessler n'a pas tout dit ⭐️⭐️⭐️⭐️

Cathy Bonidan 



  • Broché : 400 pages

  • Éditeur : La Martinière (11 juin 2020)
  • Existe en version numérique 
  • Langue :  Français






Cathy Bonidan aime les manuscrits égarés, les lettres baladeuses, les écrits qui parlent de longues années après avoir été déposés sur le papier. Cette fois, la cachette est originale : c’est dans la doublure d’un panier, récupéré après que son propriétaire a dû être transporté en urgence à l’hôpital à la suite d’un malaise.  Pour Bertille, qui ne peut résister à l’envie de lire les feuillets découverts, la surprise est de taille. L’auteur de ces lignes revient sur une sordide histoire du décès d’un enfant, et de l’inculpation de son instituteur pour pédophilie.


La vie banale de Bertille, emmurée par ses fragilités relationnelles, va prendre une autre dimension,  et la révéler elle-même.


Les révélations successives ne sont peut être pas à la hauteur des attentes, et le récit parait ainsi un peu gonflé par des fausses pistes qui sont assez transparentes mais on assiste avec plaisir à la transformation progressive de la jeune femme au contact des témoins qu’elle côtoie.


L ‘écriture est comme pour les autres romans de Cathy Bonidan, agréable et fluide, même si cette fois quelques longueurs et redites alourdissent l’ensemble.  


Bon  moment de lecture, même si j’ai préféré les deux premiers romans de l’auteur Le Parfum de l’Hellébore et Chambre 128.




Le supermarché tremble sous les pas des clients. La tête dans les préparatifs des fêtes de Noël, le consommateur est du genre pressé. Dans la galerie marchande, une femme blonde avance à contre-courant. Son cou long et obstiné brave le flot des clients, mais chaque mouvement est hésitant et ressemble à une excuse. Impossible de distinguer la couleur des yeux qu'elle garde baissés sur ses notes. Comme toutes les personnes qu'on croise dans la vie, elle est insipide.

*

L'eau était noire. Bien trop sombre pour jauger la profondeur du lac. D'ailleurs le terme de "lac" était excessif et je décidai d'en faire le tour malgré les quelques gouttes qui tombaient et le vent qui cinglait mon visage.

*

C'est à 6 h 30 que je découvris votre réponse. J'en pleurai. Si un jour vous avez accès à ce journal, vous découvrirez à quel point mon enfance et mon adolescence furent difficiles. Pourtant, rien de ce que j'ai dû subir n'est comparable à l'horreur qu'a connue Céline.


 


Cathy Bonidan
 est institutrice près de Vannes en Bretagne. 

Elle a écrit plusieurs romans avant de se décider à publier son premier texte sous le pseudonyme de Mel Pilguric.

En 2015, elle obtient le Prix Concours monBestSeller pour son roman "Double Voie" (écrit sous le nom de Mel Pilguric).  

Son roman "Le Parfum de l’hellébore" rencontre un grand succès en 2017, décrochant 11 prix littéraires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire