dimanche 14 mars 2021

Le chant du perroquet ⭐️⭐️⭐️⭐️

 Charline Malaval




  • Éditeur : Préludes (13 janvier 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 320 pages
  • Première sélection Prix Orange










Dans une narration alternée, Charline Malaval nous entraîne au coeur de l’histoire du Brésil, dans la tourmente d’heures sombres qui ont laissé tant de traces sur des générations.


2016, Tiago est pigiste et vit une relation torride avec Juliana. Leur attention est soudainement  attirée par des cris de détresse provenant de l’appartement leur voisin, Fabiano, un vieil homme solitaire, qui s’y connaît en mécanique  de VW , ce que Tiago a découvert à l’occasion d’un caprice de plus de sa vieille Fusca, l’équivalent brésilien de la Coccinelle. 


Au fil des confidences se construit l’histoire de Fabiano, que Tiago entrevoit comme un support idéal pour le roman qu’il veut écrire. Mais le vieil homme les entrainera bien au delà d’un simple testament…


La lecture est d’emblée dynamique, très rythmée par l’alternance de chapitres brefs qui alternent entre 2016 et les années 60.


Si le début est un peu chaotique en raison des nombreuses notes en bas de page, destinée à traduire les expressions brésiliennes nombreuses, on se prend au fil de l’histoire pour en sortir profondément touché, l’auteur nous ayant ménagé quelques surprises.




Mais ce matin, la chance lui avait souri. Il venait de s'énerver presque 30 minutes sur la clé, tantôt susurrant à la voiture quelques mots doux, tantôt la menaçant de l'abandonner dans les quartiers mal famés où elle finirait dans le pire des états, désossée, démembrée, sans roue, sans portières, devenant peut-être le terrain de jeu privilégié de gamins qui n'auraient ni  sa patience ni son tact en matière d'entretien du cuir. Vaincu il était finalement descendu de sa voiture. Sa belle, ce matin, lui refusait  décidément la moindre faveur.

*

Elle l'encouragea à toujours apprendre à se débrouiller par elle-même, et Josefa enviait cette femme adulte qui semblait avoir acquis une confiance et une tranquillité inébranlables. En réalité, dona Teresa avait subi tant d'épreuves et accumulé tant de regrets qu'elle en avait conclu qu'il fallait faire tout le contraire de ce que lui dictait son instinct.






Charline Malaval est née en 1984 à Limoges et a grandi en Corrèze. Après avoir enseigné au Brésil, à l'île Maurice, en Bulgarie et au Vanuatu, elle est aujourd'hui professeure de lettres au lycée français de Riga (Lettonie).








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire