vendredi 14 mai 2021

Disparues ⭐️⭐️⭐️⭐️

 S.J. Watson




  • Éditeur : Sonatine (8 avril 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 448 pages
  • Traduction (Anglais) : Sophie Aslanides
  • #Disparues #NetGalleyFrance







    Alex ne quitte pas sa caméra, prête à chaque instant à capturer quelques minutes de vidéo, avec le secret espoir que de ces instants saisis, des bribes de son passé viendraient reconstituer son histoire. Alex souffre en effet d’amnésie post-traumatique.


    Le prétexte du  tournage d’un documentaire fournit une justification à sa présence insistante dans ce  village où tout le monde se connaît, où l'on vit  apparemment sans histoires et où on se garde de remuer le passé. Mais Alex sait que des événements graves ont marqué les esprits dans les dix dernières années. Deux jeunes filles ont disparues et une troisième s’est suicidée. Et Alex a l’intime conviction que son passé est mêlé à ces disparitions.


    Peu à peu les témoignages et les vidéos font ressurgir de sombres histoires. Et il semble bien que la menace rode encore. Retrouver son passé mais aussi empêcher de nouveaux drames, c’est la mission à hauts risques que s’est donnée la jeune femme .


    Quelques longueurs atténuent l’efficacité du récit, car la jeune femme se pose en boucle une série de questions légitimes, certes, mais qui ne varient pas tout au long du roman. L’alternance des époques compense cet écueil en donnant  un rythme et contribue à recentrer l’attention. 


    Si ce roman noir offre un degré de suspense un peu en dessous de l’impressionnant premier roman de l’auteur, Avant d’aller dormir, qui explorait aussi le domaine de la fragilité de la mémoire, il reste un très bon thriller qui tient ses promesses de frisson. 


    Merci à Netgalley et aux éditions Sonatine.




    Elle court sur la lande, aussi fort, aussi vite qu'elle peut. un croissant de vieille lune la toise ; quelque part derrière elle, au loin, les lumières du village luisent d'un jaune anémique. Mais elle garde le regard fine devant elle. Elle ne voit rien d'autre que la route, elle n'entend que le sifflement de sa respiration sèche et le croassement des mouettes qui plongent en piqué. Pas le moindre bruit laissant supposé qu'elle est poursuivie, pas un cri, pas un aboiement de chien. elle est en sécurité, se  dit-elle. Elle peut s'apaiser, cesser de courir, marcher. C'est fini.

    *

    Il faut que je parvienne à ralentir ma respiration.  D'un côté, je veux oublier toute cette affaire, rester comme je suis, souvenirs perdus et tout. Je ne veux pas avoir à les affronter. De l'autre je ne veux pas céder à cette envie. Je suis déjà enfoncée jusqu'au cou dans cette exploration : il ne s'agit même plus tellement du film, nous sommes bien au-delà, il s'agit de moi désormais. de savoir qui j'étais. Ce qui s'est passé. Comment je suis liée à Daisy.

    *

    J'ai les idées claires maintenant. Je vois très bien. Je vois comment l'extrait que je viens d'enregistrer s'insérera dans le film que je prévois de faire. sa voix, sur des images de moi, de moi à quinze ans, m'approchant du bord du monde. Peut-être pas ce à quoi s'attendait la production, mais on s'en fiche. c'est le film que j'ai besoin de faire, depuis toujours. 





    S. J. Watson est un auteur anglais.

    Il fait des études en physique à l'université de Birmingham. Il s'installe ensuite à Londres et travaille dans le milieu hospitalier comme spécialiste en audiologie, diagnostiquant et traitant surtout des enfants atteints de surdité. Il commence à écrire pendant ses temps libres.

    En 2011, il publie son premier roman, "Avant d'aller dormir" ("Before I Go To Sleep") qui rencontre un succès international. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire